HUY - Le SAIE, Service d’Aide et d’Intervention Educative

Définition

Sur base d’un mandat conféré par le SAJ (Service d’Aide à la Jeunesse), le SPJ (Service de Protection Judiciaire) ou le TJ (Tribunal de la Jeunesse), des éducateurs spécialement formés interviennent en vue d’apporter une aide éducative préventive aux familles connaissant des difficultés importantes dans l’exercice de leurs fonctions parentales.

Cette aide est préventive de crises familiales ultérieures plus graves, de cristalisations qui conduiraient à des mesures de placement.

Le SAIE organise également, parfois, des mises en kot avec suivi.

N0 d'identification i0971

Coordonnées

L’Espoir - SAIE 

Rue des Augustins 44 4500 Huy

085 84 69 36

Description

Le SAIE (Service d’Aide et d’Intervention Educative ) a pour mission de fournir une aide éducative au jeune dans son milieu de vie ou de lui apporter une aide en logement autonome.

Par aide éducative, selon les termes de l’arrêté du 15 mars 1999, on entend  "toute forme d’aide ou d’action éducative permettant d’améliorer les conditions d’éducation des jeunes quand celles-ci sont compromises, soit par le comportement du jeune, soit par des difficultés rencontrées dans l’exécution de leurs obligations parentales par les personnes qui assument en fait la garde du jeune, à l’exception des personnes privées".

L’élaboration du PEI (Projet Educatif Individuel) du jeune, le secret professionnel, le code de déontologie et notre règlement d’ordre intérieur sont des outils qui déterminent le cadre des interventions.

Qui demande l'intervention?

Le service travaille sur mandat d’une instance de décision qui est le conseiller de l’aide à la jeunesse (SAJ) ou le directeur de l’aide à la jeunesse (SPJ) ou le tribunal de la jeunesse (TJ), dans le cadre de l’application du décret du 4 mars 1991 relatif à l’aide à la jeunesse ou de la loi du 8 avril 1965 relative à la protection de la jeunesse.

Qui bénéficie de l'intervention?

Le SAIE peut prendre en charge simultanément 13 situations, des enfants et adolescents de 0 à 18 ans pour lesquels les instances mandantes estiment nécessaire une intervention éducative lorsque les conditions d’éducation sont compromises du fait de la famille ou du jeune lui-même. Il peut également s’agir de jeunes dont le projet établi est la mise en autonomie.

Encadrement

L’équipe est composée de :

  • un(e) coordinateur(trice) à temps plein
  • un(e) assistant(e) social(e) à mi-temps
  • deux éducateurs(trices) à temps plein et un à mi-temps
  • Un mi-temps technique qui assure la maintenance des locaux
  • Un mi-temps administratif.

La direction est commune à l’ensemble des services de l’asbl l’Espoir.
Nous avons fait le choix d’intervenir en co-intervention afin d’apporter aux jeunes et à leur famille, l’aide la plus enrichissante possible.

Où pouvons-nous intervenir?

Pour offrir un service de qualité, nous avons choisi de privilégier l’arrondissement de Huy.

Dans la mesure où cela n’entrave pas le bon fonctionnement de notre service, au niveau accessibilité en temps et en distance, nous pouvons également intervenir dans les arrondissements limitrophes.

Concrètement, comment cela se passe?

1. La demande

  • Le premier contact se fait par téléphone, le ou la délégué(e) nous explique brièvement la situation.
  • En réunion d’équipe, nous analysons la corrélation entre la problématique et notre projet pédagogique.
  • Dès que nous avons des disponibilités de prises en charge, un premier entretien est prévu endéans les 15 jours avec le ou la délégué(e) et la famille à son domicile, la plupart du temps. Nous attendons de cette rencontre d’obtenir un maximum d’informations sur ce qui pose problème et cela nous permet aussi d’expliquer notre service.
  • Au terme de cette rencontre, nous établissons un projet d’intervention orienté sur 3 axes :
    • un résumé de la situation selon nos propres perceptions
    • les pistes de travail possible dans un premier temps
    • les modalités pratiques: nous attendons alors l’officialisation de notre intervention dans le bureau du Conseiller ou du Directeur ou du Juge endéans le 15 jours suivant le premier entretien. Nous intervenons dès ce moment.

2. L’intervention

  • Le temps de l’intervention est de maximum six mois renouvelables.
  • Si le mandant est le SAJ, la durée peut être plus courte selon l’évolution de la situation.
  • Si le mandant est le SPJ ou le TJ, les jugements sont d’une durée de 1 an et donc une évaluation est nécessaire au terme des six mois afin d’envisager ou non le renouvellement de la mesure.
  • Nous rencontrons la famille et /ou le jeune à son domicile et sur rendez-vous pris de commun accord, au minimum une fois par semaine.
  • Durant le temps de l’intervention, nous pouvons être amenés à accompagner la famille, en accord avec celle-ci, et/ou le jeune dans diverses démarches extérieures.
  • Nous pouvons également prendre différents contacts avec les services qui s’occupent déjà de la famille (école, PMS, CPAS, Services d’aides familiales, AMO…).
  • Nous pouvons, par ailleurs, orienter la famille et/ou le jeune vers un autre type de service tel qu’un centre de guidance, un planning familial, une AMO, une maison de jeunes, etc.
  • Nous sommes, enfin, amenés à aider la famille à rechercher des stages de vacances et / ou activités extra-scolaires dans l’intérêt des jeunes.
  • Dans le cas d’un suivi d’un jeune en autonomie, les parents restent responsables du jeune. Ils sont, par ailleurs, partenaires du travail avec lui.
  • Aucun subside n’étant alloué pour les cautions locatives, nous demandons que le jeune puisse fournir la somme nécessaire à son installation: caution et premier loyer. Ce dernier lui sera rendu ultérieurement par la Fédération Wallonie-Bruxelles.
  • Nous sommes tenus de rédiger des rapports d’évolution dans les deuxième et cinquième mois après le début de l’intervention. La famille en prend connaissance avant qu’ils ne soient envoyés exclusivement à l’autorité mandante.

 

3. L’évaluation

  • Une évaluation est réalisée en présence du (de la) délégué(e) à la fin de notre mandat afin de savoir s’il y a lieu de poursuivre notre intervention. Il peut cependant être utile de prévoir des évaluations intermédiaires. Dans ce cas, un rendez-vous est pris avec le (la) délégué(e), la famille et nous-mêmes.

 

 

Photos